Accueil


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour commencer, je vous invite à faire ce petit test rapide en répondant par Oui ou par Non :

  • Avez-vous l’impression que vous manquez tout le temps de temps, que vous êtes constamment débordé ?
  • Allez-vous vous acheter un nouveau vêtement, livre ou gadget pour vous faire du bien, sans pour autant être comblé après ?
  • Pensez-vous qu’il manque toujours quelque chose de plus dans votre vie pour être enfin satisfait, équilibré, accompli ?
  • Acceptez-vous des invitations d’amis pour ensuite regretter de devoir sortir le jour venu ?
  • Êtes-vous déçu de vous-même quand vous ne réussissez pas à déconnecter votre téléphone plus d’une heure d’affilée ?
  • Vous arrive-t-il de vous sentir noyé face au nombreux choix, petits et grands, que vous avez à faire au quotidien ?
  • Ressentez-vous parfois le besoin de désencombrer votre vie, de faire du tri, de vous alléger, au sens propre et figuré ?

Si vous avez répondu oui à au moins trois de ces propositions, alors j’ai trois bonnes nouvelles pour vous :

  1. Vous n’êtes pas seuls
  2. Il y a des raisons précises expliquant ces ressentis
  3. Il existe de nombreuses solutions concrètes, faciles, efficaces et durables

Mon objectif est de partager avec vous le plus d’informations, de connaissances, d’outils et de méthodes possibles pour accompagner votre démarche personnelle et professionnelle de développement humain et de mieux-être au quotidien. J’aime les choses simples, faciles, accessibles au plus grand nombre et pragmatiques.

Je considère que nous vivons dans une société du trop, de l’infobésité, de l’hyper socialisation, de l’éparpillement, de la dispersion, de la surconsommation, de l’encombrement mental, émotionnel et physique, du toujours plus et du toujours plus vite, etc. Rien que d’y penser, ma gorge se resserre, mon esprit s’embrouille et mon niveau physiologique de stress augmente instantanément. Le besoin d’accumulation généralisée de possessions matérielles, de relations, d’expériences, de réseaux sociaux, d’activités, etc. déclenche une soif d’augmentation de son budget personnel, constitués de trois ressources principales : le temps, l’énergie et l’argent.

Dans cette course effrénée, beaucoup d’éléments, simples et de base, sont survolés, n’ayant apparemment aucun bénéfice immédiat. Prendre le temps de se ressourcer. Affronter ce qui fait mal et ce qui fait peur. Apprendre et accepter le rien faire comme une activité à part entière. Se faire face en regardant dans le miroir sans détourner les yeux. Faire l’effort de se connaître dans toute son obscurité et sa splendeur. S’émerveiller au quotidien, aussi bien face à un paysage éblouissant que devant un beau détail insignifiant. Investir sur soi. Identifier et écouter ses besoins, et y répondre. Quand avez-vous fait une seule de ces activités pour la dernière fois ?

Je suis persuadée qu’apprendre à se défaire de ce qui est en trop et superficiel dans nos vies permet de se recentrer sur ce qui nous fait du bien réellement et durablement, donc sur l’essentiel. Nous sommes toutes et tous embourbés dans des mécanismes automatiques dont nous n’avons même pas conscience, car nous avons adopté ces réactions automatiques depuis si longtemps qu’elles ont été assimilées comme faisant partie notre nous authentique et profond. En réalité elles appartiennent plutôt à notre égo, c’est-à-dire à notre personnalité de surface, celle qui nous protège et qui est rendue visible au monde.

Sur mon chemin de développement personnel et professionnel, j’ai cherché, avancé, trébuché, essayé, trouvé puis créé de nombreuses solutions à ce mal-être étrange et sourd qui m’habitais. Et dont je me sentais coupable. Car globalement, ma vie de femme blanche occidentale allait plutôt très bien, sur papier. Ma démarche a été de découvrir que plusieurs des méthodes que je pratique et que j’enseigne aujourd’hui se recoupent dans cette quête d’abondance par l’allègement. Apprendre à observer puis à dépasser ses réactions et comportements automatiques, c’est apprendre à faire des choix conscients et épanouissants pour entrer dans la liberté. C’est ce que j’appelle le passage de l’Égo à l’Essence.

Au plaisir d’échanger et de partager avec vous, n’hésitez pas à commenter ou à m’écrire directement !

Chloé Keric-Eli